Le MuCEM aime les panoramas...

Exposition temporaire du MuCEM

Exposition temporaire, organisée conjointement par le MuCEM avec les Musées d’Art et d’Histoire de Genève.

Commissariat : Laurence Madeline, conservateur en chef, responsable du pôle Beaux-Arts des Musées d’Art et d’Histoire de Genève, et Jean-Roch Bouiller, conservateur en chef, responsable du secteur art contemporain au MuCEM.
Scénographie : Adrien Rovero Studio
Graphiste : Camille Sauthier, Atelier Valenthier

Massifs de montagne ou côtes méditerranéennes, certains lieux ont la faculté d’offrir à leurs visiteurs des points de vue privilégiés qui procurent le sentiment de dominer le monde, de le posséder voire de s’y dissoudre.

Le mot « panorama » naît une première fois en Angleterre en 1787. Il désigne alors une construction circulaire au centre de laquelle le spectateur se place pour découvrir un paysage ou une scène historique, reproduits de façon illusionniste et qui se déploie autour de lui, à 360°. Il apparaît sous un autre jour, en France, en 1830, où il devient simplement l’expression d’un large paysage, d’une vue étendue. Puis son sens rebondit pour devenir la succession d’images qui se présentent à la pensée comme une vision complète ou l’étude quasi exhaustive d’un sujet…

Ces différentes acceptions traduisent bien tout ce qui se trouve en substance dans le phénomène panoramique : le rôle central du regard, une certaine appropriation du monde qui en découle, le sentiment de dominer une situation par la simple vision large et entière que l’on peut en avoir... En donnant l’illusion de la réalité au point de parfois la concurrencer, les différentes formes de panoramas posent de fait la question de la construction du regard.